Lutte sargasses : la Securité Civile à Marie-Galante, une mission, des actes

Le dernier rapport ministériel l’annonçait, des responsables de la sécurité civile seront délégués en soutien local pour une coordination voire une mutualisation des moyens.

Ici en Guadeloupe, deux responsables ont été nommés. Au delà du continent, ils s’occuperont aussi des îles du Sud. Le capitaine Alexis Trégou était à Marie-Galante ce jeudi 10 Mai. Nous avons eu l’opportunité d’échanger quelques mots et quelques pistes se dessinent.

Qu’est ce que la Sécurité civile ?

Il n’est pas inintéressant de préciser sur le terme ‘Sécurité civile’. Parmi les acteurs de la sécurité civile figurent les sapeurs-pompiers, les militaires des unités d’instruction et d’intervention, les pilotes d’avions et d’hélicoptères ainsi que les démineurs. Tous ensemble, ils luttent au quotidien pour porter secours et assistance, en France comme à l’étranger. Pour eux, une seule vocation : la sauvegarde des personnes et des biens.

Le capitaine Tregou, militaire de carrière et dépendant du préfet, a plusieurs fois été appelé en Guadeloupe, après Maria une longue mission à Saint Martin, après l’incendie du CHU et là pour le problème des sargasses.

Les actions possibles

Pas de miracle bien entendu, mais une analyse extérieure et objectif de la problèmatique, de ses conséquences, des possibles moyens pour trouver des solutions immédiates.
Le Capitaine Tregou s’est rendu ce jour, un peu discrètement il est vrai, à Capesterre de Marie-Galante, il a pu voir Petite Anse, le port, l’isolement de notre commune et l’espace d’épandage.
Une prise en conscience de notre réalité pilotée par M. Gérard Davigny de la Communauté des communes.

L’urgence : le nettoyage avec une mutualisation des moyens

S’il s’agissait d’évaluer l’impact des sargasses sur le succès de TDB, le constat est rassurant, Capesterre, éloigné de Grand-Bourg, ne saurait porter trop d’ombre au succès de cette manifestation.
Au delà, quelles solutions immédiates ? le nettoyage du port bien entendu avec une mutualisation des moyens, un soutien non seulement des collectivités, mais également des associations, des collectifs et de toutes les bonnes volontés. Des projets pilotes sont montés sur le continent. A Marie-Galante de répondre également ‘présente’ pour des actions concrètes et unies devant le danger des gaz toxiques.

en guise de conclusion provisoire

Bien sûr rien de bien concret encore mais une impression rassurante de sentir quelqu’un de profondément impliqué avec une très bonne connaissance du terrain. Le problème des sargasses est envisagé avec sérieux, urgence même mais sans dramatisation effets de manche. Des demandes concrètes ont été faites à l’ARS, en étude de dangerosité et des réponses sont attendues sous quinze jours. Une réunion intercommunale avait été prévue Lundi 14 mai 2018, quelques jours avant TDB, elle a bien eu lieu mais…sans la présence des communes seuls Messieurs Pelage et Davigny étaient présents.

Et aujourd’hui ?

Nous avons eu le plaisir de voir débarquer la trentaine de militaires promis, qui se sont mis à l’oeuvre avec les moyens du bord. En effet dans un premier temps, aucun matériel n’avait été mis à leur disposition. Mais tout devrait s’arranger dès Vendredi. De nombreuses personnes à Capesterre voient ces jeunes gens arrivés pour nous aider avec espoir…Ils sont là pour une dizaine de jours.

ET NOUS, ET NOUS, ET NOUS ?

APPEL AUX CITOYENS…L’opportunité est offerte de montrer notre solidarité aux habitants de Capesterre, notre sens civique et notre capacité à mutualiser les bonnes volontés. C’est Le responsable de la Sécurité Civile qui fait cette demande formelle, et c’est avec humilité et espoir que nous relayons l’info…