Capesterre Marie-Galante, marche ou crève !

De grandes espérances

Un article en coup de gueule ce lundi matin, dernier jour de fête à Terre de Blues, un coup de gueule adressé à tout à chacun, à ma commune, à ses habitants, aux responsables, aux décisionnaires, aux politiques de tout poils, à tous ceux qui parlent, parlent, parlent contre les sargasses, contre ceci, contre cela, à toutes ces contre-informations, désinformations et autres propos toxiques, bèl pawol mèm, qui n’ont servi qu’à une chose à aujourd’hui, nous conduire à l’impasse…Un coup de gueule envers tous ceux et celles qui ont voulu ‘s’occuper’ de Capesterre, de ses sargasses, de ses gaz toxiques, sans en effleurer l’essence même du problème.

Un coup de gueule car je suis déçue et inquiète – l’arrivée des 30 RSMA que j’ai moi même saluée, la brèche dans le port, qui reste une avancée, les discussions avec les responsables de la sécurité civile, me laissaient présager quelque espoir. Les ‘nous ne ferons pas de miraccle” avaient tendance à me rassurer, nous n’avons pas besoin de miracle à Capesterre de Marie-Galante,  mais de bonnes volontés, de travail, de cohésion, de bras et de matériel.

Effets de manche, effets d’annonces, nous n’avons pas entendu Capesterre et encore moins la détresse de ses habitants pendant Terre de Blues, mais les paroles rassurantes, nous avons ‘réquisitionné du matériel’, ‘nous procédons au nettoyage’, ‘nous avons débloqué des fonds…’ tout ca venant de la Préfecture, et parfaitement coordonnée, avec les besoins Terre de Blues…Kouté Kouté bonnes gens, nous faisons la fête mais nous n’oublions pas Capesterre, chut, chut, pas trop fort,

aux réalités désespérantes, exaspérantes, navrantes

Finalement, oui il n’y a pas eu de miracle, et à mon sens aucune avancée…Ce lundi matin 11h les machines soigneusement rangées regardent indifférentes l’arrivée massive de nouvelles sargasses. Aucun nettoyage depuis 48h sur la plage du bourg et le port, sans parler de petite anse.. La brèche nécessaire n’ayant pas été agrandie, les sargasses fraiches stagnent de nouveau dans le port…

Aucun changement, ah si… la plage de la Feuillère, facilement accessible aux RSMA a été parfaitement nettoyée, le sable bien tassé, les tas de sargasses évacuées…

Mais nou moun Kapestè, habitants ou entreprises du bourg mème de Capesterre, empoissonnés dans cette chappe de gaz, que tout visiteur juge insupportables, (il a même été rapporté aux festivaliers, n’allez pas à Capesterre c’est une ville morte, tous les commerces sont fermés…) ce n’est pas (ou pas seulement pour ratisser large) une belle plage de sable blanc mais un nettoyage de ses algues qui se décomposent depuis des semaines.

On nous annonce de nouvelles machines réquisionnées ? je n’en ai vu aucune, ni dans le bourg, ni à petite anse, on nous annonce un support humain et matériel, mais il n’a profité qu’à la seule plage de la feuillère.

Effet de manches, c’est sûr… chuttt l’économie a ses rasions, que le coeur ne connait pas   on verra donc après Terre de Blues on n’est pas à quelques jours près, à quelques semaines près…Chacun sait qu’après Terre de Blues, la vie touristique s’arrête, ceux qui ont pu engranger  vont se reposer sous d’autres cieux plus cléments… les autres, mais quels autres ? de toute façon on ne les entend pas…

Alors, puisque pawol sé van…

La fête était belle, et très très rentable pour certains. Alors j’ai deux suggestions…1- qu’un pourcentage soit attribué à la commune de Capesterre, et surtout pour les lieux ‘éphèmères’  qui viennent juste ‘faire du fric’ sans aucune retombée pour Marie-Galante mais qui sont acteurs de cette (c’est ça aussi les raisons de l’économie…)

et surtout que tous ceux de Capesterre Grand-Bourg et St Louis, marie-galantais de naissance ou de coeur, résidants ou visiteurs, viennent en masse à l’appel citoyen lancé par cette même sécurité civile et témoignent d’une seule voix de l’avancée ou non des travaux de nettoyage, priorité absolue…et ce bien sûr avant le départ du RSMA dans quelques jours. Une belle façon de montrer notre soutien, nos remerciements pour leur travail, et une certaine solidarité pour ce qui reste à accomplir…On vient, on prend une photo ou une vidéo et on la partage sur les réseaux sociaux…

Puisque nos décideurs ont eux même déclaré que le nettoyage était une priorité, témoignons d’une seule voix, factuellement, où nous en sommes aujourd’hui…

je commence par des photos de ce jour