Ile durable et gestion des déchets

**partage d’une interrogation de la présidente de la dynamique association AMA PMG**

Je regrette en revanche l’absence totale d’implication de la commune de Grand-Bourg (pas une goutte d’eau pour les petits grand-bourgeois le vendredi), la non participation des services techniques des trois communes de l’île, l’indisponibilité de l’office de tourisme de Marie-Galante, et du Syndicat Intercommunal des plages et sites touristiques (SIPS).

En plus de la lutte contre la pollution marine liée aux déchets plastiques, il s’agissait en effet de mettre moyens humains et matériels en oeuvre afin de rendre à notre île sa beauté en lui administrant un « brin » de propreté.
Plages souillées par la population, déchets échoués en masse suite au passage des cyclones.
Et dire que cette île se dit vouloir être une destination touristique.
Et dire que l’on parle d’environnement et de développement durable à tout va.

Alors je n’y comprends absolument rien, et aimerai bien que l’on m’explique.

Nous vivons dans des départements français. La France fait partie de la Communauté européenne. Cela c’est sur la papier. La réalité en revanche est bien différente.

Pourquoi ici faut-il en permanence se battre en tout et pour tout?
Pourquoi ici, les choses ne peuvent pas se faire comme partout ailleurs dans le bon sens et la logique?

A bon entendeur…
Axelle MOUTOUCARPIN, présidente de l’association AMAPMG

Je partage
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *